De 1928 à 1943

1928

Janvier Exposition personnelle à la galerie L'Epoque à Bruxelles, dirigée par Mesens.
C'est une année très fructueuse dans la carrière de Magritte, il peint plus de cent toiles.
Il collabore à la revue Distances, fondée par Nougé et Goemans (cat A3-4, 84-86).
Bien que Magritte ne figure pas dans le livre d'André Breton Le Surréalisme et la peinture et ne participe pas à l'Exposition surréaliste à la galerie du Sacre du Printemps à Paris, il sera néanmoins intégré tardivement au groupe des surréalistes parisiens. Breton acquiert plusieurs tableaux de Magritte.
24 Août Mort du père de Magritte à Bruxelles.

1929

Le contrat de Magritte avec la galerie L'Epoque est repris par la galerie Le Centaure. Cette dernière ne survivra que trois mois pour être finalement liquidée en 1952.
Février-Mars Magritte et Goémans publient une série de cinq feuillets sous le titre Le Sens propre. Chaque feuillet consiste en une reproduction d'une peinture en regard d'un poème (cat. A139-143).
Au printemps, il rencontre Salvador Dalí, qui est à Paris pour le tournage du film Un chien andalou.. Les Magritte passent des vacances à Cadaqués en Espagne avec Dalí et, entre autres, Paul et Gala Eluard.
Octobre La galerie Goemans ouvre ses portes à Paris avec une exposition de groupe: Arp, Dalí, Tanguy et Magritte.
Il collabore au dernier numéro de La Révolution surréaliste (15 décembre 1929) avec notamment un texte important, " Les Mots
et les images " (cat. A89). Sa relation avec Breton se complique.

1930

A la galerie Goemans à Paris, Magritte participe à l'exposition de groupe organisée par Goemans et Aragon qui signe le texte
" La Peinture au défi ", en préface au catalogue.
Avril Goemans ferme sa galerie pour des raisons financières et personnelles, et Magritte se retrouve sans marchand. Il doit vendre
une partie de ses livres pour survivre. Heureusement Mesens lui achète onze toiles récentes. Les Magritte quittent Paris et s'installent au 135 rue Esseghem à Jette, Bmxelles; ils y resteront jusqu'en 1954. A la recherche de ressources financières, l'artiste reprend des activités publicitaires et crée, avec son frère Paul, le Studio Dongo.

1931

Magritte est représenté dans l'exposition L'Art vivant en Belgique 1910-1930 à la galerie Georges Giroux à Bruxelles. C'est la première exposition organisée par L'Art Vivant, une société récemment formée pour défendre l'art contemporain.
Une exposition personnelle est organisée à la salle Giso dans les locaux d'une firme de décorateurs d'intérieur. Il expose pour la première fois au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

1932

Il signe le tract " La Poésie transfigurée " (cat. A144) écrit par Nougé publié en janvier, qui explicite la position des surréalistes belges face à l'" affaire Aragon " et à l'inculpation du poète suite à la publication de son poème " Front rouge ".
Il collabore à deux courts métrages avec Nougé.

1933

Breton invite Magritte à participer à la revue Le Surréalisme au service de la révolution (cat. A92). C'est la réconciliation avec les surréalistes français, ce qui l'amènera à présenter ses oeuvres parmi celles du groupe des surréalistes au Salon des Surindépendants.
Mai-Juin Une exposition personnelle est organisée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
Il collabore avec un dessin à Violette Nozières (cat. A167), un ouvrage collectif publié aux Editions Nicolas Flamel à Bruxelles.
Il rencontre Paul Colinet (1898-1957), écrivain et comédien actif dan le groupe des surréalistes belges.

1934

Il participe à l'importante exposition internationale Le Nu dans l'art vivant, organisée conjointement par la Société auxiliaire des expositions et L'Art Vivant au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
Il dessine Le Viol pour la couverture de Qu'est-ce que le surréalisme ? d'André Breton, publié chez Henriquez à Bruxelles (cat. A59). Il collabore à l'exposition Minotaure au Palais des Beaux-Art (cat. A184).

1935

Sa production augmente considérablement, entre autres dans la perspective d'une exposition personnelle à New York. Il signe le tract " Du Temps que les Surréalistes avaient raison " (cat. A146), qui est publié à Paris et marque le divorce entre les surréalistes et le parti communiste. La relation de Magritte face au parti est celle d'un compagnon de route. Bien qu'il soit solidaire des causes communistes, il semble que son adhésion au parti ne soit pas antérieure à 1945.
Le troisième numéro du Bulletin international du surréalisme est publié à Bruxelles le 20 aoùt, avec une gouache de Magritte en couverture (cat. A96). Un poème de Paul Eluard intitulé " René Magritte " est publié pour la première fois dans les Cahiers d'art (Paris).
Magritte est associé à l'exposition surréaliste organisée par Mesens à La Louvière. Celle-ci marquera la formation du groupe surréaliste du Hainaut.

1936

Première exposition personnelle aux Etats-Unis à la Julien Levy Gallery de New York (cat A186). Il signe " Le Domestique zélé " (cat. A147), tract relatif à l'expulsion d'André Souris du groupe des surréalistes belges. Exposition personnelle au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (25 avril-2 mai).
Il participe à l'Exposition surréaliste d'objets, organisée entre autres par Breton à la galerie Charles Ratton à Paris.
Il présente huit huiles et six oeuvres sur papier à la première exposition surréaliste internationale à Londres. Par ailleurs, il est également présent à l'exposition organisée par Alfred Barr au Museum of Modern Art de New York sous le titre Fantastic Art, Dada, Surrealism.

1937

Février Il passe cinq semaines dans la maison d'Edward James à Londres pour peindre, à la demande de celui-ci, trois grandes toiles: Le Modèle rouge, La Jeunesse illustrée et Au Seuil de la liberté (cat. 117, CR 425, cat. 92). Lors de ce séjour, il donne une conférence sur son oeuvre à la London Gallery.
Juillet Il rencontre Marcel Mariën (1920-1993); leur amitié durera jusqu'en 1954.
Décembre Il participe à l'exposition Trois peintres surréalistes:
René Magritte, Man Ray, Yves Tanguy au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Le catalogue contient un texte introductif de Scutenaire, la réédition d'un poème d'Eluard ainsi qu'une épigramme sur chaque artiste par Breton (cat. A187).

1938

Deuxième exposition personnelle à la Julien Gallery à New York.
Il participe à l'Exposition internationale du Surréalisme, organisée à la galerie des Beaux-Arts à Paris par Breton et Eluard, en collaboration avec Duchamp comme " père et arbitre ".
Aril Mesens et Roland Penrose ont repris la London Gallery et consacrent l'exposition d'ouverture à Magritte. Une grande partie du premier numéro du London Bulletin (cat. A101) lui est consacrée.
Il donne une conférence intitulée " La Ligne de vie " (voir pp. 44-48) au Koninklijk Museum voor Schone Kunsten à Anvers, où il expose ses recherches devant un publie de cinq cents personnes.

1939

Mai Son exposition personnelle au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (13-24 mai) comporte une majorité de gouaches.
La belle-soeur de Magritte ouvre un magasin de fourniture pour artistes. Georgette y travaille à mi-temps et Magritte s'y approvisionne.
Il dessine, pour le Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes, une affiche intitulée Le Vrai Visage de Rex (ill. p. 310), qui représente Degrelle et Hitler.

1940

Février Parution du premier numéro de la nouvelle revue surréaliste LInvention collective. Magritte est un des principaux collaborateurs de cette revue dont le deuxième numéro paraîtra en avril (cat.A105-106).
Mai Il quitte la Belgique après l'invasion allemande et part pour trois mois à Carcassonne avec Irène et Louis Scutenaire. En automne, il réalise ses premières bouteilles peintes.

1941

Une exposition personnelle est organisée à la galerie Dietrich à Bruxelles.

1942

Lou Cosyn ouvre une galerie à Bruxelles; elle est secondée par son futur mari Camille Goemans. Elle sera l'agent de Magritte jusqu'en 1947.
Magritte rassemble une importante documentation pour la monographie de Scutenaire qui sera publiée en 1947 sous le titre René Magritte. Le premier film sur Magritte est réalisé par Robert Cocriamont sur la base d'un scénario de Nougé. Intitulé Rencontre de René Magritte, c'est un volet du film Images de Flandres qui présente quatre peintres (les autres sont Gustave de Smet, Edgard Tytgat et Paul Delvaux).

1943

Durant les quatre années qui vont suivre, le style de Magritte change radicalement car il adopte une palette et une technique impressionnistes. Cette période est communément intitulée " période Renoir ", mais Magritte réfute cette appellation et s'en explique dans une lettre qu'il adresse à Breton le 24 juin 1946 : " Pour le reproche d'imiter Renoir, il y a un malentendu: j'ai peint des tableaux d'après Renoir, Ingres, Rubens, etc., mais sans utiliser la technique particulière de Renoir, c'est plutôt celle de l'impressionnisme, Renoir, Seurat, et d'autres y compris. " Jusqu'en 1947, cette technique coexistera avec le style habituel de Magritte.
Une exposition est organisée à la galerie de Lou Cosyn (cat. A189), dans la semi-clandestinité pour échapper à la censure de l'occupant allemand.
Août Parution de la première monographie sur Magritte avec un texte de Marcel Mariën.
Octobre Le livre de Paul Nougé René Magritte ou les images défendues sort de presse mais le manuscrit date de 1933. Nougé n'a jamais pardonné à Magritte d'avoir modifié le titre initial Les Images défendues.

- De 1898 à 1927 -             - De 1944 à 1967 -

© ADAGP Paris 2001. Design by Green Foot - Molos.
info@magrittefoundation.org